L’école bilingue, une idée à tester

© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

Depuis, la société a évolué. Singulièrement à Bruxelles, où se côtoient 184 nationalités et (presque) autant d’idiomes. D’où l’on envoie les étudiants aux quatre coins de la planète pour se former, aussi, aux langues étrangères. Et pourtant, à moins de casser des murs entre cours de récré francophones et flamandes ou de ruser avec les décrets, impossible d’organiser une école où l’on apprend autant en français qu’en néerlandais...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct