«Funan»: «Le devoir de mémoire, c’est transmettre»

«Funan»: «Le devoir de mémoire, c’est transmettre»

Formé à l’école des Gobelins à Paris, fan de l’animation japonaise et des films des studios Ghibli, mais aussi du cinéma de Asghar Farhadi, Denis Do entre dans le monde de l’animation par la grande porte. Son premier film, Funan , coproduit par la Belgique, a été primé au Festival d’Annecy (Cristal du long-métrage), à Los Angeles (Prix du public et Prix du jury) et vient de recevoir le Grand Prix et le Prix du public au Festival Anima.

Etait-ce une évidence de passer par l’animation pour raconter le combat d’une mère durant la révolution khmère rouge ?

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct