Dix ans après, la saga des licences d’armes pour la Libye se poursuit à Liège

© Roger Milutin - Le Soir
© Roger Milutin - Le Soir

Une décennie plus tard, c’est sur le plancher craquant de l’ancien palais de justice de Liège, situé place Saint-Lambert, que la saga des armes wallonnes pour Kadhafi se solde. Tout doucement. La Cour d’appel de Liège a entendu mardi 23 avril les plaidoiries des conseils de la Région wallonne et de la Ligue des droits humains (LDH), qui conteste la légalité des licences d’exportation décernées à l’époque à la Fabrique nationale de Herstal (FN).

« On se rappelle tous de l’histoire », a expliqué à la cour Me Vincent Letellier, avocat de la Ligue : « Kadhafi était devenu un ami. Il plantait même sa tente dans les jardins de l’Elysée, à Paris. Il fallait absolument commercer avec la Libye. »

Retour sur cette saga judiciaire dont approche enfin l’issue.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct