Levée de boucliers en Chine contre le travail intensif

Alibaba, le géant chinois de l’e-commerce.
Alibaba, le géant chinois de l’e-commerce. - AFP.

Ma copine m’a prévenu : mon attitude était en train de changer. Je ne plaisantais plus avec mes amis. J’étais de mauvaise humeur, toujours fatigué. » Lenny Zhang, 24 ans, spécialiste du média digital, se souvient avec horreur de son travail dans une start-up de réalité virtuelle à Pékin. « Au départ, ce n’était pas mal parce qu’il n’y avait pas grand-chose à faire. Mais quand on a commencé à avoir des clients, ça a changé. Il fallait toujours être au bureau et travailler tard le soir, et bien sûr sans être payé davantage. Les week-ends, le patron pouvait appeler, s’il y avait une urgence, et il fallait y aller. Si on sortait plus tôt, même s’il n’y avait rien à faire, c’était mal vu : on ne travaillait pas assez dur », raconte-t-il.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct