André Antoine (CDH): «Le fédéral fait jouer le sale rôle aux communes»

Le président du parlement de Wallonie, ardent défenseur des communes. © René Breny.
Le président du parlement de Wallonie, ardent défenseur des communes. © René Breny. - René Breny.

Par un effet de cascade bien connu, le « tax shift » adopté par le fédéral aura un impact indéniable sur les finances des autres niveaux de pouvoir, à commencer par les régions et les communes. Les unes et les autres perçoivent des additionnels calculés sur l’impôt des personnes physiques (IPP). Si le gouvernement Michel allège la charge fiscale sur les revenus, il impose une cure d’amaigrissement automatique aux recettes régionales et locales.

Le ministère des Finances a écrit à toutes les communes. Elles savent à quelle sauce elles seront mangées : une perte cumulée de 264 millions pour les 589 entités du pays à l’horizon 2021, soit près de 10 % des recettes IPP communales sur base annuelle. Partout, les municipalistes tirent la sonnette d’alarme. Le gouvernement fédéral appelle à la patience : il garantit des « effets retour » de ce tax shift sur la croissance, la consommation ou l’emploi. Ils finiront par bénéficier aux budgets des communes, assure-t-il.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct