Comme un moment de grâce

Sous gestion socialiste de Fadila Laanan, lorsqu’un artiste recevait un subside, il arrivait que la décision soit en priorité notifiée non pas à l’intéressé mais à son... bourgmestre, pour autant que ce bourgmestre soit de la même obédience. Il était alors loisible à l’élu d’approcher son (heureux) administré, de lui transmettre de vive voix la bonne nouvelle et, si possible, de lui faire accroire qu’il y était pour quelque chose. « Et si ce n’est moi, c’est donc mon frère/camarade du même parti, comprenez, cher artiste... » En réalité, le parti n’y était pour rien mais disposait d’un représentant à l’intérieur de l’instance subsidiante, et était ainsi informé avant tout le monde des options artistiques prises à huis-clos.

Ça ne mange pas de pain, la démarche ne trompe que les crédules mais tout cela ne volait pas très haut.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct