Le chiffrage des programmes politiques par le Bureau du Plan, un bien public essentiel

Le citoyen trouvera dans les chiffres du Bureau du Plan du grain à moudre – notamment sur les gagnants et perdants de propositions de réforme de la fiscalité.
Le citoyen trouvera dans les chiffres du Bureau du Plan du grain à moudre – notamment sur les gagnants et perdants de propositions de réforme de la fiscalité. - PhotoPqr

Le chiffrage des propositions des partis, avec toutes ses limites, montre que nous disposons, notamment au Bureau du Plan, des compétences – à défaut sans doute de suffisamment de moyens – pour évaluer les politiques publiques.

Nous vivons dans un pays, où, comme l’on dit poliment, la culture de l’évaluation indépendante n’est guère présente. Et pourquoi donc, sinon parce que, la plupart du temps, les ministres, les élus et les candidats ne se soucient pas d’estimer précisément l’impact des mesures qu’ils proposent, ni, quand ils sont au pouvoir, d’en jauger les résultats a posteriori ?

Que l’on cause, en politique, c’est normal. Mais cela ne suffit pas. Certes, les citoyens, en apparence, s’en contentent. Mais s’ils ne demandent pas des comptes, qui d’autre le fera ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct