Meurtre d’un enfant en centre d’asile: s’endetter pour migrer, la voie de l’exploitation

La tante de Daniël aurait reçu un message de la part d’un numéro anglais exigeant 100.000 pour «
revoir l’enfant vivant
».
La tante de Daniël aurait reçu un message de la part d’un numéro anglais exigeant 100.000 pour « revoir l’enfant vivant ». - Belga.

L’endettement à l’origine du meurtre de Daniël C. ? Au lendemain de la disparition de l’enfant de 9 ans au centre d’accueil de Broechem, sa tante aurait reçu un message de la part d’un numéro anglais exigeant 100.000 pour « revoir Daniël vivant ». Si la somme paraît extravagante, la police considère sérieusement l’hypothèse de dettes contractées auprès de passeurs, selon les médias flamands. Vendredi, Koen Geens (CD&V) appelait la Cellule interdépartementale de coordination de la lutte contre le trafic et la traite des êtres humains à mener une campagne de sensibilisation pour faire connaître son programme de protection. S’endetter pour migrer, le phénomène n’est pas rare. Il est généralement synonyme d’exploitation.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct