L’archive des ombres Mémoire vive

Vue de l’installation «
Circular Ruins
».
Vue de l’installation « Circular Ruins ». - Philippe de Gobert

Les fans de Harry Potter comme les amateurs de Borges ou de François Schuiten savent à quel point une bibliothèque ancienne peut fasciner ceux qui en arpentent les allées. L’alignement d’ouvrages, les archives parfois ignorées de tous depuis des lustres, les mystères du passé, la masse de connaissance ainsi rassemblée et l’ambiance même des lieux créent une magie à laquelle beaucoup succombent.

Fiona Tan fait assurément partie de ceux-là. Depuis des années, cette artiste née en Indonésie en 1966, ayant grandi à Melbourne et vivant depuis 1984 à Amsterdam ne cesse d’arpenter les chemins de la mémoire, qu’ils s’agisse d’autoroutes largement balisées ou de petits sentiers encore à défricher.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct