Pourquoi les chefs de cultes exigent le maintien des cours de religion à l’école

Unanimement, pour les représentants des cultes reconnus de Belgique, supprimer ou rendre optionnel le cours de religion/morale serait contraire à la constitution.
Unanimement, pour les représentants des cultes reconnus de Belgique, supprimer ou rendre optionnel le cours de religion/morale serait contraire à la constitution. - D.R.

Ils sont huit – le cardinal De Kesel et monseigneur Harpigny pour le culte catholique, le pasteur Fuite et le docteur Lorein pour le culte protestant et évangélique, le métropolite Athénagoras pour le culte orthodoxe, Philippe Markiewicz et le grand rabbin Guigui pour le culte israélite ainsi que Salah Echallaoui pour l’exécutif des musulmans de Belgique – huit chefs de culte donc, représentant toutes les religions reconnues dans le pays. Dans une missive collective adressée au monde politique, donc aux prochains formateurs des gouvernements, ils « demandent le maintien d’un cours de religion intégré dans l’horaire obligatoire des élèves de l’enseignement officiel ». Un peu comme si les jours de cette particularité belge étaient comptés…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct