Seule une négociation sauverait les Vénézuéliens

Juan Guaido haranguant la foule avec Leopoldo Lopez, l’opposant évadé
: le duo qui se voyait diriger le Venezuela n’a été qu’un mirage.
Juan Guaido haranguant la foule avec Leopoldo Lopez, l’opposant évadé : le duo qui se voyait diriger le Venezuela n’a été qu’un mirage. - EPA.

Décodage

Juan Guaido, président autoproclamé du Venezuela, voulait que ce soit « la phase finale de l’opération Liberté » : d’immenses manifestations populaires ces 30 avril et 1er mai, et surtout un basculement de l’armée. Mais ce qui devait mener au renversement du président Nicolas Maduro s’est achevé piteusement. Si quelques militaires ont décidé de changer de camp, la grosse majorité des troupes est restée loyale au pouvoir chaviste. Et Leopoldo Lopez, l’opposant qui avait réussi à s’évader de sa résidence surveillée pour mener l’insurrection a finalement trouvé refuge avec sa famille à l’ambassade d’Espagne, donnant la désagréable impression de laisser les autres prendre le risque de manifester tout en restant lui-même à l’abri.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct