Mystères belges pour la Biennale de Venise

Un monde de marionnettes et d’automates.
Un monde de marionnettes et d’automates. - D.R.

Reportage

De l’extérieur, tout avait l’air calme et normal. Quelques hommes aux allures de déménageurs faisaient une pause sur le trottoir. Au moment de pousser la porte de cette petite officine en face du Palais des Beaux-Arts, on avait toutefois senti des regards méfiants dans notre dos. Une voix s’était élevée : « Vous cherchez quoi ? »

Tandis que la porte se refermait déjà, on avait bredouillé : « Euh… Jos de Gruyter et Harald Thys, c’est bien ici, non ? » Trop tard, le piège s’était déjà refermé. Devant nous, un bric à brac de costumes, de caisses à moitié pleines, de gadgets électriques, de pantins désarticulés… Et sur une table, une collection de bras, de pieds et de têtes aux yeux fixes inquiétants.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct