Un Belge sur deux prêt à renvoyer les réfugiés dans une dictature

Entre novembre et décembre, le gouvernement a limité le nombre de demandes d’asile enregistrées quotidiennement. Des centaines de personnes ont dormi dans la rue, sans assistance.
Entre novembre et décembre, le gouvernement a limité le nombre de demandes d’asile enregistrées quotidiennement. Des centaines de personnes ont dormi dans la rue, sans assistance.

Deux ans après Noir Jaune Blues, la fondation Ceci n’est pas une crise publie une nouvelle enquête d’opinion dédiée cette fois-ci quasi exclusivement à la perception des réfugiés. Et comme pour Noir Jaune Blues, le constat est interpellant : un rejet systématique et sans appel. Les réfugiés – qui ont été reconnus par les instances belges comme ayant besoin de protection – sont pourtant traditionnellement la catégorie qui suscite le plus d’empathie.

1

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct