Le climat omniprésent, les migrants souvent absents

© Photo News
© Photo News

Un récit s’appuyant sur une vision à cinq ans. D’autres esquissant la société belge telle qu’elle pourrait être en 2035. Un autre encore poussant l’utopie jusqu’en 2045. Si les horizons proposés par les partis francophones à l’occasion de cet exercice de réenchantement de la politique varient, ils ont au moins en commun de prendre corps dans la Belgique de 2019, celle qui a connu les manifestations pour le climat et la mobilisation des gilets jaunes. Ce qui va en découler est le propos général des récits proposés par les partis. Ils se différencient sur une série d’aspects qui rappellent les sensibilités et les positionnements de chacune des formations politiques mais mettent aussi sur la piste des impensés, des tabous et des contournements.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct