Municipales annulées à Istanbul: «Désormais, il y aura toujours un soupçon»

Lundi soir, très rapidement après l’annonce du Haut conseil électoral, des supporters du maire (d’opposition) d’Istanbul sont descendus dans la rue pour manifester leur colère.
Lundi soir, très rapidement après l’annonce du Haut conseil électoral, des supporters du maire (d’opposition) d’Istanbul sont descendus dans la rue pour manifester leur colère. - AFP.

Exactement comme le président turc, Recep Tayyip Erdogan, l’avait réclamé, le Haut conseil électoral (YSK) a invalidé, lundi soir, la plus grande victoire de l’opposition turque aux municipales du 31 mars. Et plongé le pays dans une nouvelle période d’incertitude.

Par 7 voix contre 4, les juges de cette instance officiellement indépendante ont donné raison au président turc et à son Parti de la justice et du développement (AKP), qui arguaient que des « irrégularités » avaient entaché le scrutin. Le pouvoir soutenait notamment que près d’un tiers des membres des bureaux de vote n’étaient pas des fonctionnaires, comme la loi le prévoit.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct