Et si les frontaliers belgo-luxembourgeois pouvaient travailler 56 jours hors Luxembourg?

Thierry Joie, Olivier Waltzing et Georges Gondon travaillent à la défense et à la meilleure information des frontaliers belgo-luxembourgeois.
Thierry Joie, Olivier Waltzing et Georges Gondon travaillent à la défense et à la meilleure information des frontaliers belgo-luxembourgeois. - D.R.

Pour Olivier Waltzing, un Arlonais qui a initié l’association « Effet-Frontière », « Entre la Belgique et le Grand-Duché, la frontière est une réalité qui impacte au quotidien, la vie de plus en plus de personnes. La vie des travailleurs frontaliers, mais aussi celle des habitants et entrepreneurs des communes proches de la frontière, ainsi que la vie des habitants et entreprises du Grand-Duché. Et cette réalité et ses impacts vont aller croissant dans les prochaines années. »

L’association de fait « Effet Frontière » est née voici six mois de ce constat, pour mieux informer les personnes impactées par cette proximité et ses effets parfois méconnus. Elles sont des milliers, car il y a déjà plus de 35.000 frontaliers en province de Luxembourg, à vivre cette réalité de façon directe, dans des communes où 60% de la population active est frontalière.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct