Roger Federer: «Si je pouvais choisir, je serais Monsieur Tout-le-monde»

Roger Federer: «Si je pouvais choisir, je serais Monsieur Tout-le-monde»

L’horloge sonne 11h00 et Roger Federer apparaît souriant dans l’espace réservé aux joueurs de la Caja Mágica, le centre olympique de tennis de Madrid. Il demande à ses interlocuteurs s’ils ont passé une bonne journée, serre des mains et, alors qu’on lance l’enregistreur, il prépare un discours à la hauteur de son œuvre. Il a l’air mince, mais fort. Il a le visage bronzé. C’est lui qui parle le plus, il plaisante et regarde bien dans les yeux celui à qui il s’adresse. Parfois, une petite mèche rebelle pointe et il gesticule pour appuyer son propos.

A 37 ans, le Suisse est de retour à Madrid quatre ans après sa dernière apparition. La légende semble éternelle.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct