(Victor) Frankenstein Les Karyatides accouchent d’un beau monstre

<span>(Victor) Frankenstein</span> Les Karyatides accouchent d’un beau monstre
Marie-Françoise Plissart.

Cette forme nous a subjuguée plus sûrement qu’un Boris Karloff au cou farci d’électrodes. Pourtant, la mise en scène de Karine Birgé s’éloigne radicalement de ce stéréotype du film d’horreur pour façonner une pièce subtile, sur le fil de l’émotion plutôt que du spectaculaire. Habituée à adapter les grands classiques en théâtre d’objet – Carmen, Madame Bovary, Les Misérables ou encore les œuvres de Rabelais sont déjà passés sur sa fameuse table à manipuler –, la compagnie des Karyatides ne pouvait que s’attaquer, un jour ou l’autre, au chef-d’œuvre de Mary Shelley.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct