Sept mois après les communales, Grâce-Hollogne n’a toujours pas de bourgmestre

Dans sa confrontation avec son colistier Manuel Dony, Maurice Mottard a été exclu du groupe PS de Grâce-Hollogne parce qu’il refusait de participer à une majorité absolue socialiste dont il serait pourtant le bourgmestre.
Dans sa confrontation avec son colistier Manuel Dony, Maurice Mottard a été exclu du groupe PS de Grâce-Hollogne parce qu’il refusait de participer à une majorité absolue socialiste dont il serait pourtant le bourgmestre. - Thomas Van Ass.

Près de sept mois après le scrutin du 14 octobre, Grâce-Hollogne baigne toujours dans un sidérant no man’s land politique. Le conseil communal a été installé le 3 décembre. Il incarnait la domination socialiste : 15 sièges sur 22. Mais la guerre totale que se livrent « Mottardistes » et « Donistes » chez les rouges empêche l’adoption de l’indispensable pacte de majorité.

Les premiers soutiennent Maurice Mottard, bourgmestre depuis 1995, dernier de liste mais champion des voix de préférence. Les seconds sont des inconditionnels de Manuel Dony, échevin sortant et tête de liste. Les deux camarades se haïssent, le mot n’est pas trop fort. Mottard associerait bien ses troupes au MR, au CDH et à Ecolo tandis que Dony plaide pour une majorité absolue socialiste. Son rival ne veut pas en entendre parler : il refuse tout net de travailler avec son colistier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+