Les programmes électoraux à la loupe : faut-il filtrer l’accès aux études supérieures?

Les programmes électoraux à la loupe : faut-il filtrer l’accès aux études supérieures?
Bruno D’Alimonte

L’application stricte des quotas de diplômés en médecine par le gouvernement fédéral a lancé une saga sans précédent autour des filtres à l’entrée dans les études supérieures. Alors qu’ils existent depuis très longtemps – sans faire polémique – dans l’enseignement artistique et à la porte des facultés d’ingénieurs, ils ont défrayé la chronique pour les études médicales : test d’aptitude non contraignant puis concours de fin de première, puis examen d’entrée pour la médecine humaine ; test d’aptitude puis concours de fin de première pour la médecine vétérinaire. Va-t-on généraliser ces pratiques, au nom, par exemple d’économies à faire dans l’enseignement supérieur ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct