Les programmes électoraux à la loupe: côté fiscalité, il y a de l’audace dans les programmes

Climat ambiant oblige, les voitures de société sont dans le collimateur de la plupart des partis francophones.
Climat ambiant oblige, les voitures de société sont dans le collimateur de la plupart des partis francophones. - Bruno Dalimonte.

Le pouvoir d’achat est l’un des premiers enjeux mis en avant par la plupart des partis. Puisque le gouvernement ne peut pas agir via la fiche de paie, d’autant que la préservation de la compétitivité plaide pour la modération salariale et que la croissance économique est faible, c’est sur le terrain fiscal – autrement dit : via la feuille d’impôts – que les partis veulent « rendre du pouvoir d’achat » aux Belges.

On en a déjà eu un exemple sous le gouvernement Michel, avec le dossier emblématique du tax shift. Mais dans cette campagne 2019, chaque parti veut faire un pas de plus pour réformer la fiscalité, et réduire la taxation sur le travail pour doper les revenus des ménages.

Serait-ce désormais le rôle de l’Etat d’assurer la hausse du pouvoir d’achat – et plus aux entreprises créatrices de richesses ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct