La sécurité alimentaire freine encore trop les dons aux démunis

La distribution de repas aux personnes dans la précarité pourrait prendre davantage d’envergure si la législation sur la sécurité alimentaire était plus compréhensible.
La distribution de repas aux personnes dans la précarité pourrait prendre davantage d’envergure si la législation sur la sécurité alimentaire était plus compréhensible. - Bruno D’Alimonte

La législation en matière de sécurité alimentaire limite actuellement les possibilités de dons aux plus démunis. » Pas moins de 69 % des acteurs belges du don alimentaire interrogés par l’Afsca sont d’accord avec cette affirmation. De quoi refroidir l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire ? Pas du tout ! Celle-ci est même partie de ce constat pour organiser, ce vendredi matin à Bruxelles, une grande réunion inédite autour de l’adéquation entre cette législation et la réalité de terrain. Banques alimentaires, associations offrant des repas, grande distribution, services publics fédéraux, régionaux et communaux ; en tout, ce sont une vingtaine de chevilles ouvrières du don alimentaire qui ont débattu, pour la première fois toutes ensemble avec l’Afsca, de ce qu’il conviendrait d’améliorer dans les pratiques de l’agence et, surtout, dans la législation. Avec ce but commun : offrir de la nourriture fiable à un maximum de personnes dans le besoin.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct