Philippe Clement ne départage pas encore Genk et Bruges, et demande du temps

©News
©News

Avant de se replonger dans une arène brugeoise dont il connaît chaque boulon de siège, Philippe Clement avait parlé de la distance qui séparait Genk du titre comme de trois balles de matchs à négocier en l’espace d’une semaine. Une seule aurait pu suffire pour concrétiser dès hier un rêve qu’il a si longtemps enfoui en lui avant que la réalité du classement ne le lui extraie de force ce rôle de favori nº1 des playoffs. Il en faudra au minimum une autre pour sortir le coup gagnant de sa raquette. Et toujours dans les mêmes conditions de jeu, puisque les Racingmen devront faire mieux que Bruges pour être sacrés champions ce jeudi.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct