Faut-il rétablir une vraie police locale?

© Pierre-Yves Thienpont.
© Pierre-Yves Thienpont.

Les phases successives de réorganisation (police intégrée à deux niveaux, mobilité générée par la fusion des zones) et le transfert de certaines tâches du public vers le privé ont rendu le lien entre les polices de quartier et les citoyens plus ténu. Un éloignement et une présence moins régulière sur le terrain qui complique la collecte de renseignements par les inspecteurs de quartier. Et qui ne favorise pas la connaissance du terrain. Une lacune qui est notamment apparue lors des travaux de la commission parlementaire sur les attentats du 22 mars, qui a mis en évidence l’indispensable rôle des agents de quartier (et issus de leur quartier) dans la lutte contre la petite criminalité ordinaire et le terrorisme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct