Attachés à la «chose politique» plutôt qu’aux partis

Désintéressés de la politique, les jeunes, et a fortiori les jeunes Bruxellois ? Le Cevipol, le Centre d’étude de la vie politique de l’ULB, donne des éléments de réponse à partir d’une enquête réalisée en ligne auprès de 992 Bruxellois, menée en partenariat avec la VUB, la KULeuven, l’UCLouvain et l’UAntwerp. Aux chiffres qui démontrent un intérêt plus faible pour la politique dans la tranche d’âge 18-25 ans comparativement aux autres tranches d’âges et à un attachement moindre au devoir civique que représente le vote, l’enquête oppose aussi les sentiments moins négatifs des jeunes vis-à-vis de la politique, si on les compare à ceux de leurs aînés. Des chiffres que les chercheurs du Cevipol ont pu confronter au terrain durant les derniers mois, dans le cadre d’un vaste projet destiné aux élèves d’une cinquantaine de classes de rhéto bruxelloises.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct