Pour les élections du 26 mai, les partis misent sur le porte-à-porte

Pas toujours simple de choisir la bonne heure, Anas Ben Abdelmoumen en a fait l’expérience. © Mathieu Golinvaux.
Pas toujours simple de choisir la bonne heure, Anas Ben Abdelmoumen en a fait l’expérience. © Mathieu Golinvaux.

La recette miracle, pour cette campagne ? La proximité ! La numérique, avec des candidats qui s’invitent sur les fils Twitter ou les murs Facebook. Et l’authentique, le porte-à-porte. Entre les deux, tout est démonétisé. Les affiches ? Personne ne s’y attarde sauf les mauvais esprits qui les taguent. Les prospectus ? Un coût environnemental inversement proportionnel au taux de lecture. Les courriers personnalisés ? A la limite mais le sentiment d’intrusion guette toujours…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct