The Elephant Man Oubliez le film en noir et blanc de David Lynch!

<span>The Elephant Man</span> Oubliez le film en noir et blanc de David Lynch!
Gaël Maleux.

Il est des films qui vous traumatisent à jamais. Elephant Man fut de ceux-là. Le film de David Lynch a laissé une marque si profonde chez l’enfant que nous étions, un souvenir si insoutenable de tristesse et d’angoisse qu’il nous fut absolument impossible de le revoir par la suite. Partir découvrir l’adaptation d’Anne Sylvain, c’est donc bien plus qu’appréhender une nouvelle pièce, c’est un peu comme vaincre une vieille hantise.

Moins inquiétante que le film en noir et blanc de 1980 – ce qui a le mérite d’aider à notre « guérison » – cette version théâtrale puise au plus près de l’histoire vraie de Joseph Merrick, ce Britannique né au XIXe siècle avec une difformité extrême, ce qui en fit un phénomène de curiosité, à la fois bête de foire et sujet d’étude scientifique.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct