Wikipedia censuré en Chine pour les 30 ans de Tianamen

L’anniversaire de l’écrasement du «
Printemps de Pékin
», le 4 juin 1989, est particulièrement redouté par les autorités chinoises.
L’anniversaire de l’écrasement du « Printemps de Pékin », le 4 juin 1989, est particulièrement redouté par les autorités chinoises. - Reuters.

Dans une Chine dominée par le très puissant président Xi Jinping, cette année 2019 est remplie de pièges. Le 10 mars dernier, c’était le 60e anniversaire du soulèvement tibétain de Lhassa, un mouvement de protestation anti-chinois qui fut largement réprimé et avait entraîné le départ en exil du Dalaï-Lama. Pour l’occasion, le Tibet a été interdit aux touristes.

Le 4 mai a été célébré le 100e anniversaire d’un mouvement étudiant chinois protestant contre l’attribution au Japon d’une région chinoise précédemment occupée par l’Allemagne. Une protestation anti-impérialiste à laquelle participèrent de futurs fondateurs du Parti communiste chinois.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct