Marc Segers (BTK) au «Soir»: «Nos centrales seront rentables parce que nous payons notre gaz moins cher»

Marc Segers
: «
Notre décision est fermement prise
: on y va
!
»
Marc Segers : « Notre décision est fermement prise : on y va ! » - Olivier Polet.

C’est dans le lobby d’un hôtel proche de l’aéroport de Bruxelles-National que Marc Segers enchaîne les interviews. Il faut dire que depuis que le directeur opérationnel du holding qatari BTK – qu’il a fondé avec trois autres partenaires – a annoncé que ce dernier allait investir 2,5 milliards d’euros dans la construction de quatre nouvelles centrales au gaz dans notre pays, le marché énergétique belge est sur des charbons ardents. C’est que ces quatre unités, d’une puissance cumulée de 3,5 GW, pourraient couvrir à elles seules le déficit de capacité de production prévu à la fermeture des derniers réacteurs nucléaires en 2025 ! « Trop beau pour être vrai », entend-on dans les coulisses. Alors, Marc Segers est-il le Père Noël ? « Tout ça ne tombe pas du ciel, répond-il avec un sourire. Nous ne sommes pas le Père Noël. Nous sommes des businessmen.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct