Le succès de la Ruche qui dit oui

Les producteurs locaux préparent les commandes que les «
abeilles
» ont réalisées par l’internet. Une fois par semaine, il n’y a plus qu’à venir se les procurer.
Les producteurs locaux préparent les commandes que les « abeilles » ont réalisées par l’internet. Une fois par semaine, il n’y a plus qu’à venir se les procurer. - J.-P. D.V.

Les tables sont ornées de nappes vichy qui évoquent la mémoire des bonnes recettes de nos grands-mères. L’effet est voulu puisque ce sont des producteurs locaux qui vont les occuper afin de fournir les produits qu’on leur a commandés via internet. Chacun s’installe et prépare les colis tout préparés.

Nous sommes à la ferme équestre de Louvain-la-Neuve où tous les jeudis désormais, entre 17 h et 18 h 30, la « Ruche qui dit oui » va installer ses quartiers. Sous le soleil quand il fait beau, dans une salle les jours de pluie et de grand froid. Une initiative de Justine de Montlivault, une Limaloise de 32 ans, qui permet à ce projet de circuit court alimentaire, lancé en France et visant à soutenir une agriculture locale de qualité, d’être la soixantième Ruche de Wallonie.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct