Pour Justine, «chacun doit garder sa place»

Pour Justine Luuk, «
ça ne sert à rien de vouloir écraser les hommes car ils se rebellent.
»
Pour Justine Luuk, « ça ne sert à rien de vouloir écraser les hommes car ils se rebellent. » - Sylvain Piraux.

Dans la tour de contrôle de la base aérienne de Florennes, le sergent Justine Luuk, du haut de ses 28 ans, n’a pas encore les préoccupations de compatibilité entre vie professionnelle et gestion des enfants. « Je travaille au Wing Météo », explique la jeune femme. « Je suis diplômée en tourisme mais je ne trouvais pas d’emploi. A 23 ans, j’avais envie de reprendre des études mais je ne voulais pas faire supporter le coût à mes parents. C’est alors que j’ai appris que l’armée offrait un très large panel de fonctions et d’évolutions de carrière tout en prenant la formation en charge. J’ai intégré l’école des sous-officiers. Quand j’en suis sortie, j’ai très vite pensé à la météo pour son côté scientifique. »

Personnellement, je veux être considérée comme égale à un homme

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct