Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.
Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois. - RYAD KRAMDI/AFP.

On ne reconnaît plus l’Algérie. Depuis le début de la contestation populaire, le 22 février dernier, les manifestants se sont enhardis, jusqu’à exiger la fin du « système » qui les bâillonne depuis l’indépendance en 1962. Dans la rue par millions tous les vendredis depuis lors sans désemparer, ils ont réussi à obtenir la fin de l’ère Bouteflika entamée en 1999. Mieux : plusieurs personnalités politiques, des généraux et des hommes d’affaires qui incarnaient le régime et sa corruption notoire croupissent désormais en prison. Mais l’armée, épicentre du pouvoir depuis toujours, ne paraît pas prête à renoncer à ses privilèges, comme en atteste la dernière sortie de son chef, le général Ahmed Gaïd Salah ce 20 mai.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct