Concours Reine Elisabeth: Yukiko Uno, l’art du contraste

Yukiko Uno, une interprétation tantôt très belle, tantôt pas très émouvante.
Yukiko Uno, une interprétation tantôt très belle, tantôt pas très émouvante. - Bruno Vessiez

Y ukiko Uno est de ces personnalités contrastées. Capable d’afficher une belle énergie et une vraie maturité, elle se laisse aussi parfois dépasser par l’ampleur des partitions qu’elle aborde. Ainsi, en demi-finale, elle incarnait de manière convaincue et chantante Beethoven, alors qu’elle manquait un peu d’éclat chez Mozart.

À 23 ans seulement, elle s’est toutefois déjà distinguée dans plusieurs concours, notamment les concours Andrea Postacchini, Gifu et Chengdu Guangya, et elle possède une personnalité plutôt attachante. Formée à la Tokyo University of the Arts avec Natsumi Tamai, Kazuki Sawa et Ryo Mikami, elle a ensuite étudié au Mozarteum de Salzbourg dans la classe de Pierre Amoyal puis auprès de Rainer Schmidt.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct