Elections 2019: jeunesse, immigration, social..., les vecteurs du carton de l’extrême droite

Van Grieken a réalisé une bonne campagne en jouant sur son image «
plus lisse
» de «
gendre idéal
».
Van Grieken a réalisé une bonne campagne en jouant sur son image « plus lisse » de « gendre idéal ». - Photo News.

Après la claque d’il y a cinq ans, où il avait failli passer sous le seuil des 5 %, son pire résultat historique, le Vlaams Belang a tout changé du sol au plafond. Du moins en apparence. Filip Dewinter, figure historique du parti, a végété cinq ans à la Chambre avant de revenir à l’avant-plan sur la question de la signature du pacte pour les migrations qui a fait chuter le gouvernement.

Parallèlement, Tom Van Grieken, 32 ans (27 au moment où il a été propulsé président du parti), se faisait une place dans le cœur des électeurs. « Filip Dewinter avait un ton plus dur, plus hard et rance », explique Dave Sinardet, politologue à la VUB. « Il est toujours là. Il tirait la liste du parlement flamand à Anvers, mais on sent quand même que Tom Van Grieken est devenu le vrai patron. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct