Un round institutionnel

Seuls la N-VA (Bart De Wever, à gauche) et le Vlaams Belang (Tom Van Grieken) rêvent d’une nouvelle réforme de l’Etat.
Seuls la N-VA (Bart De Wever, à gauche) et le Vlaams Belang (Tom Van Grieken) rêvent d’une nouvelle réforme de l’Etat. - Belga.

Si la formation d’un gouvernement fédéral avec ou sans la N-VA s’avérait impossible, ou si l’une des conditions de la formation de ce gouvernement résidait dans une réforme de l’Etat, il faudrait alors se résoudre à un nouveau round institutionnel, pour permettre au pays de fonctionner, rien moins.

Précisons qu’à ce stade, il s’agit d’un scénario qu’une majorité refuse : seuls la N-VA et le Vlaams Belang en rêvent. Les autres partis estiment que la sixième réforme de l’Etat est trop récente, qu’il faut la digérer.

Mais si l’on en arrive à cette étape, ce ne sera sans doute pas pour entériner quelques petits transferts de compétences supplémentaires. Ce serait sans doute pour revoir le système en profondeur et se diriger vers ce qui ressemble au confédéralisme.

Précisons enfin que ce ne sera pas simple juridiquement : la coalition sortante a refusé d’ouvrir à révision les articles de la Constitution qui touchent aux institutions.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct