UE: les nouveaux eurodéputés catalans refoulés du Parlement européen

Carles Puigdemont devant les bâtiments européens à Bruxelles
: les dirigeants du Parlement ont produit un rocambolesque pataquès qui ternit tristement l’image cette institution.
Carles Puigdemont devant les bâtiments européens à Bruxelles : les dirigeants du Parlement ont produit un rocambolesque pataquès qui ternit tristement l’image cette institution. - Pierre-Yves Thienpont.

La démocratie européenne est bien vivante. » C’est le slogan qui ne quitte plus la bouche des dirigeants du Parlement européen (PE), et plus largement de tous les dirigeants de l’UE, depuis les élections de dimanche dernier qui ont vu pour la première fois depuis 20 ans une hausse du taux de participation à travers l’Europe. Mais c’est un rocambolesque pataquès qu’ont produit les dirigeants du PE, qui ternit tristement l’image cette institution.

Mercredi après-midi, alors qu’ils allaient comme des centaines de nouveaux eurodéputés s’enregistrer auprès du PE et obtenir, avec leur « welcome pack », leur badge provisoire qui doit leur permettre déjà de circuler, travailler et participer à des réunions politiques au parlement, Carles Puigdemont, l’ex-président destitué de la Catalogne et son ex-ministre Toni Comin, tous deux exilés en Belgique depuis la fin 2017, se sont vus refouler du Parlement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct