Rapatrier les enfants du djihad: le déblocage français, le «tabou» belge

La Belgique est encline à faciliter le retour des jeunes enfants.
La Belgique est encline à faciliter le retour des jeunes enfants. - AFP.

C’est du jamais vu depuis la chute du califat autoproclamé du groupe Etat islamique en mars dernier. La France a rapatrié lundi douze de ses orphelins nés de parents djihadistes et retenus dans un camp de réfugiés au Kurdistan syrien. Des enfants âgés de 1 à 6 ans, sauf deux qui ont chacun 10 et 12 ans. Selon les informations de Mediapart, 9 autres jeunes Français seront rapatriés ce mardi, portant à 21 le nombre d’orphelins de Daesh ramenés sur le sol français. Un chiffre auquel il faut ajouter deux enfants de 2 et 4 ans rapatriés dans le même vol de lundi par le gouvernement des Pays-Bas. Les petits étaient nés d’un djihadiste belge et d’une mère néerlandaise. Cette dernière est décédée de malnutrition et de maladie dans le camp de réfugiés d’Ain Issa, proche de la frontière turque. Tous ces enfants ont vocation à être placés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct