Dossier

«Noir Jaune Blues, et après?» à Evere: «Avec mes voisins marocains, ça se passe bien»

A la maison de quartier Platon, tous les jeudis, un repas intergénérationnel et multiculturel permet aux seniors de briser la solitude. Format long

Par Pauline Hofmann

Evere ,

Noir Jaune Blues Commentaire

Tendre l’oreille

Evere |

Jacqueline s’est installée au home les Azalées, à Evere. Et s’y trouve très bien. Reportage

Jacqueline, le home plutôt que la solitude

Par Pauline Hofmann

Evere |

Le père, la fille, l’oncle et le petit-ami de la cousine. Portrait

«Noir Jaune Blues, et après?» à Evere: les De Mello, une famille au zinc

Par Pauline Hofmann

Evere |

Potager, panneaux photovoltaïques, récupération d’eau de pluie... Christian est le M.
Energie du quartier Destrier à Evere. Portrait

«Noir Jaune Blues, et après?» à Evere: Christian, l’énergie du quartier Destrier

Par Pauline Hofmann

Evere |

Sur les bandes urbaines, «
il y a eu beaucoup d’exagération dans les médias
», estime Samir.

«Occuper les gamins pour leur éviter de faire des conneries»

Evere |

«
Dans mon bloc, les gens sont charmants. Mais dans celui d’à côté
!
» Chantal, «
dame de cour
», connaît le quartier Germinal comme sa poche.

Un petit air de «c’était mieux avant»

Evere |

Titoo, Reyansh et Shirish habitent depuis deux ans à Evere, où réside une importante communauté indienne. Les liens sont difficiles à nouer avec les Belges, estime-t-elle.

A Evere, «y’a de supers idées»

Evere |

Patricia (à gauche) habite à deux pas de la mosquée. Elle reconnaît se méfier des musulmans, même si elle assure avoir de bonnes relations avec ses voisins marocains.

«Je dis bonjour aux téléphones plutôt qu’aux gens»

Evere |