Parlement européen: une mise en marche poussive

Le Parlement a beaucoup tardé à se mettre en branle pour peser dans la négociation pour l’attribution des hauts postes.
Le Parlement a beaucoup tardé à se mettre en branle pour peser dans la négociation pour l’attribution des hauts postes. - EPA.

On avait écrit ici (Le Soir du 3 juin) que, dans le bras de fer qui s’était engagé entre le Conseil européen (l’assemblée des chefs d’Etat ou de gouvernement) et le Parlement pour la primauté dans la désignation du prochain président de la Commission européenne, c’était le premier qui avait pris la main. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le second n’a pas réussi, et même pas beaucoup essayé, de reprendre l’avantage. Alors que deux jours après les élections européennes, les 28 avaient mandaté leur président Donald Tusk pour consulter tous azimuts, tant de leur côté qu’auprès du Parlement, afin de composer un paquet de nominations aux hauts postes de l’UE à pourvoir, le Parlement a beaucoup tardé à se mettre en branle pour peser dans la négociation.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct