Elections 2019: ciel, l’opposition, c’est tendance

Elections 2019: ciel, l’opposition, c’est tendance
Belga.

De mémoire d’observateur, on n’a jamais vu ça. Du moins avec une telle ampleur. Et si vite.

D’ordinaire, après les élections, un scénario se répète globalement. Le message est le même partout : on a gagné ! Et la stratégie est identique aussi : on se précipite pour avoir une place dans les exécutifs. Rappelez-vous 2014 : c’était à celui qui formerait le plus vite son gouvernement, fédéral, régional ou communautaire. Histoire de participer au pouvoir à un niveau au moins, de tenter d’influencer la formation à un autre échelon ou de barrer un concurrent. Quitte à accepter de s’allier avec la nationaliste N-VA ou à être minoritaire dans son groupe linguistique.

En 2019, rien de tout cela. Chacun temporise. Les Régions ne cherchent pas à rapidement doubler le fédéral. Et, surtout, beaucoup se pressent… dans l’opposition.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct