Lawrence Brownlee: «On peut apprécier la musique classique et aller à un concert de Beyoncé»

Une partie du travail de Lawrence Brownlee, «
c’est d’essayer de diversifier les publics
» de l’opéra.
Une partie du travail de Lawrence Brownlee, « c’est d’essayer de diversifier les publics » de l’opéra. - D.R.

Il a chanté au Metropolitan Opera de New York, à la Scala, au Royal Opera House de Londres et à l’Opéra national de Paris, et pourtant il conserve une accessibilité sans pareil. Lorsque nous le rencontrons, Lawrence Brownlee est vêtu d’un jeans, d’un simple sweat de sport et de baskets. « Je suis quelqu’un de normal vous savez », sourit l’artiste. « Je peux aussi bien me balader en costume très chic qu’en jeans baskets. Je reste la même personne. »

À 46 ans, le ténor américain est un des grands spécialistes du bel canto. Il sera à l’Opéra royal de Liège du 16 au 28 juin pour I puritani de Bellini, dirigé par Speranza Scappucci, dans une mise en scène de Vincent Boussard et des costumes de Christian Lacroix.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct