Au salon du Bourget, Boeing et l’aéronautique sous pression

A cause des déboires du B737 Max, Boeing se fera discret lors du salon.
A cause des déboires du B737 Max, Boeing se fera discret lors du salon. - AFP

Ça aurait dû être la fête, elle se limitera sans doute aux sourires de circonstances. Dans tout le secteur aérien, en hausse constante depuis une dizaine d’années, 2018 a été une année de records multiples : plus de passagers transportés à travers le monde (4,3 milliards), plus d’avions commerciaux livrés que jamais (800 chez Airbus et 807 chez Boeing), un des trois meilleurs taux de sécurité malgré un accroissement régulier du nombre de vols, malgré des contrôles aériens un rien dépassés, etc.

Dans ce contexte, le salon aéronautique du Bourget, 53e du nom, qui débute ce lundi et auquel participent 80 entreprises belges dont 20 flamandes, aurait dû illustrer la tendance positive du secteur. Ce sera avec un demi-sourire au mieux, un léger rictus au pire. Si la tendance est bonne, l’ambiance est plutôt morose. Les démonstrations aériennes et les petits fours auront certainement moins de saveur que les précédentes éditions.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct