Seulement un Belge sur deux lit des livres

Le secteur du livre ne se porte pas vraiment bien. Particulièrement en matière de lectorat.
Le secteur du livre ne se porte pas vraiment bien. Particulièrement en matière de lectorat. - BELGA.

Nous ne sommes qu’au début de la grande plongée », lance Benoît Dubois, président de l’Adeb, l’Association des éditeurs belges de langue française. L’homme ne pratique pas la langue de bois et il n’hésite pas à tirer des chiffres ce qu’ils veulent vraiment dire, c’est-à-dire que le secteur du livre ne se porte pas vraiment bien. Particulièrement en matière de lectorat.

D’après un sondage Ipsos réalisé pour l’année 2018, 85 % des sondés sont des lecteurs. Bravo. Mais ce n’est pas comme ça qu’il faut lire, insiste Benoît Dubois : « Si la population est représentée par le nombre 100, on peut enlever 20 illettrés, ce qui doit être le chiffre réel. Le sondage ne se fait donc que sur 80, et les 85 % de lecteurs ne représentent plus donc que 68, disons 70. Et sur ces 70, 30 % disent lire mais jamais de livres, ni en imprimé ni en numérique. Restent donc 49, disons 50 lecteurs de livres. Un Belge sur deux. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct