La marine marchande, victime collatérale de la politique migratoire en Méditerranée

Le Maridive 601 est coincé en mer avec 75 migrants à son bord. Des proches des rescapés ont posté des photos sur les réseaux sociaux.
Le Maridive 601 est coincé en mer avec 75 migrants à son bord. Des proches des rescapés ont posté des photos sur les réseaux sociaux. - D.R.

Voilà plus de deux semaines que le Maridive 601 est coincé en mer, face au port de Zarzis. A son bord, 75 migrants, dont 32 mineurs, secourus le 31 mai au large de la Libye et que la Tunisie refuse de débarquer, malgré une situation qui reste précaire : le ravitailleur égyptien n’est pas équipé pour transporter des passagers. Pas pour une nuit, certainement pas pour 18. Même si le Croissant-rouge ravitaille tous les jours, la gale se propage, faute d’infrastructures d’hygiène. Les tensions montent aussi parfois entre rescapés. D’après Monji Slim, porte-parole du Croissant-rouge, les migrants bangladais (majoritaires) auraient finalement accepté un retour volontaire dans leur pays d’origine. A l’usure. Le débarquement des premiers passagers pourrait avoir lieu mercredi, en vue d’un transfert direct vers l’aéroport.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct