«Nous croyons en une Médiathèque dynamique»

«Nous croyons en une Médiathèque dynamique»

Nous, usagers en colère, enseignants, étudiants, créateurs… nous opposons catégoriquement à la décision de la direction de PointCulture de ne plus alimenter la collection et d’arrêter sa mission de prêt, sans concertation avec le personnel et les usagers.

Nous nous élevons avec la dernière énergie contre le démantèlement annoncé (plus de la moitié !) d’une collection audiovisuelle unique en Europe, entamée en 1954, classée, répertoriée, entretenue et alimentée par des générations de médiathécaires, en raison de la diminution du prêt et de la concurrence du web.

Nous nous insurgeons contre un projet qui veut fermer les comptoirs de prêt et ainsi priver les usagers du contact direct avec les centaines de milliers de médias du fonds de la médiathèque.

Nous refusons la dilapidation de ce bien commun que les membres à vie de la médiathèque ont hautement contribué à financer.

Il nous semble qu’il n’appartient pas à la direction de décider seule d’un changement aussi radical d’orientation et de mission d’une entreprise publique de cette dimension, et subsidiée à hauteur de six millions d’euros.

Une décision unilatérale, un tollé général

En 2018, le montant des achats de médias a été totalement couvert par les emprunts des membres. Par conséquent nous mettons en doute l’argument financier pour justifier l’arrêt des achats de médias.

Jusqu’ici, nous constatons que cette décision unilatérale n’a recueilli que stupéfaction et incrédulité :

Une pétition lancée il y a un mois vient de passer le cap des 10.000 signatures. Elle est accompagnée de centaines de témoignages de sympathisants, du monde académique et culturel, qui vont tous dans le même sens : le tollé est général et sans équivoque.

De nombreuses privations

Cela n’a pourtant pas l’air d’affecter la direction qui ne considère pas que la cause mérite le débat public et contradictoire.

Pourtant cette décision a pour effet de brutaliser inutilement des milliers de personnes dans leur rapport à la culture et leur soif de découvertes, et qui tiennent intimement à ce service public.

En l’absence d’une politique réellement ambitieuse de numérisation du fonds, elle provoque en outre leur isolement en les renvoyant de facto aux algorithmes et au hasard de la Toile.

Elle les prive du conseil avisé et humain, irremplaçable.

Elle prive les médiathécaires de leur outil.

Elle prive les créateurs d’aujourd’hui et de demain, auteurs, cinéastes, musiciens… d’un havre qui conserve leur travail et les rend accessible au public en dehors des lois du marché.

Elle prive la jeunesse née avec Internet de l’accès – à côté de ce qu’elle peut trouver en ligne – d’un trésor de sons et d’images, d’œuvres singulières et géniales, libres et non-formatées, accessibles souvent nulle part ailleurs.

Un recentrage nécessaire

Depuis le changement de nom de la médiathèque en « PointCulture », nous avons vu se multiplier toutes sortes d’activités culturelles, souvent de qualité, mais sans toujours de lien direct avec la collection, qui fait pourtant la spécificité et la raison d’être de l’institution.

Nous déplorons aujourd’hui ce à quoi conduit cette déconnexion.

En conséquence, nous, usagers en colère, réclamons :

– l’arrêt immédiat du démantèlement de la collection et sa pérennisation pour l’avenir ;

– la reprise immédiate des achats de médias ;

– le maintien du prêt direct, en libre accès dans des lieux physiques où déambuler, c’est-à-dire dans d’authentiques médiathèques, et non à travers la consultation d’une base de données et l’envoi vers d’hypothétiques points-relais ;

– l’inscription explicite de la fonction d’archivage dans les missions de l’institution. La Média- thèque peut être à la musique et au cinéma sur supports ce que la Bibliothèque royale est au livre.

– la création d’un véritable comité des usagers, chargé de veiller à la sauvegarde, à la promotion et la valorisation de la collection.

Ce comité devra être informé et consulté de toutes décisions structurelles susceptibles de modifier le fonctionnement de la Médiathèque pour tout ce qui touche à l’emprunt de médias.

Nous croyons en une Médiathèque dynamique, adaptée aux enjeux de demain, ouverte sur le monde, en des lieux uniques de découverte et d’échanges où les médias physiques prennent tout leur sens et leur place, en complément de ce que le public peut aussi trouver sur le Net. Nous refusons de n’être que renvoyés à nos écrans, à la merci des modes et des distributeurs de contenu.

Nous déposerons prochainement à la direction les témoignages, les marques et les signes de notre révolte. Nous les communiquerons dans la foulée aux pouvoirs publics concernés.

*Signataires :

Olivier Smolders, cinéaste Anne Levy-Morelle, cinéaste Dominique Loreau, cinéaste Jaco Van Dormael, cinéaste Jean-Pierre Dardenne, cinéaste Yaël André, réalisatrice Claude Semal, chanteur et journaliste Mary Jimenez, cinéaste Catherine Graindorge, musicienne Pirly Zurstrassen, musicien et professeur de musique Jacques de Pierpont, homme de radio Philippe de Pierpont, cinéaste et scénariste Jean-luc Fafchamps, compositeur Muriel Andrin, professeur de cinéma Philippe Delchambre, opérateur son Cloe Defossez / Cloé du Trèfle, chanteuse /enseignante Nicolas Ancion, écrivain, journaliste Benjamin Schoos chanteur et directeur de label Marc Watthieu, musicien et enseignant Jean-Claude Salemi, illustrateur Anne-Catherine Van Santen, illustratrice Didier Kengen, Didier Odieu, chanteur Philippe Tasquin compositeur François Filleul écrivain FACIR Fédération des Auteurs et Compositeurs Interprètes Réunis Philippe Grombeer, fondateur du réseau TransEuropeHalles Jacques Stotzem, musicien

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€ pour 1 mois
    J'en profite
    Je suis abonné et
    je dispose d'un compte
    Je me connecte
    1€ Accès au Soir+
    pendant 24h
    Je me l'offre
    Je suis abonné et
    je souhaite bénéficier du Soir+
    Je m'inscris
    Aussi en Cartes blanches