Pour la FEB, il n’y a pas de marge pour de nouvelles ambitions climatiques

Photo de la Marche des jeunes pour le climat en mars dernier
Photo de la Marche des jeunes pour le climat en mars dernier - Pierre-Yves Thienpont

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) estime qu’il est possible d’atteindre les objectifs énergétiques et de réduction des gaz à effet de serre fixés pour 2030, mais « le chemin sera particulièrement ardu », a-t-elle lancé mercredi, à l’appui d’une étude effectuée par le Boston Consulting Group (BCG). Des « investissements considérables et une politique à long terme seront indispensables » pour y parvenir, a-t-elle affirmé.

D’ici 2030, la Belgique doit diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 35 % par rapport à 2005 dans les secteurs dits non ETS, à savoir les bâtiments, le transport, l’agriculture, les déchets, etc.

Les secteurs non ETS n’ont toutefois réalisé que très peu de progrès au cours des dernières années, et pour atteindre l’objectif de 35 % une réduction supplémentaire de 24 millions de tonnes de CO2 est nécessaire, souligne le Boston Consulting Group.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct