Gare à regarder la Flandre en se pinçant le nez!

Filip Dewinter, figure du Vlaams Belang, dans les travées du Parlement flamand cette semaine.
Filip Dewinter, figure du Vlaams Belang, dans les travées du Parlement flamand cette semaine. - Belga.

La première scène prend place il y a quelques années, à la rédaction du Soir à la veille d’élections communales. Vient le cas d’Anvers et une grosse discussion surgit. Le journal va publier les visages des différentes têtes de liste, mais quid de Filip Dewinter pour le Vlaams Blok ? La rédaction est très divisée : une partie trouve ridicule de ne pas publier le visage de celui qui est au cœur des enjeux – « arrêtons de faire l’autruche ». L’autre s’insurge et rappelle que le cordon sanitaire implique un cordon médiatique : la règle est de ne jamais publier de photos de membres de partis extrémistes, sauf s’ils sont en situation « judiciaire ». La rédaction en chef tranche – on ne publiera pas de photo de Filip Dewinter –, mais elle rappelle aux intransigeants que « l’autre camp » partage les mêmes valeurs : c’est la méthode pour couvrir journalistiquement l’extrême droite qui fait débat, pas le combat à mener contre ces partis.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct