Et Bruegel rencontra Molenbeek

Une partie de l’équipe d’Alter Brussels, sur le parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste. Assises à droite, Fatima Rochdi et Neimara.
Une partie de l’équipe d’Alter Brussels, sur le parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste. Assises à droite, Fatima Rochdi et Neimara. - Mathieu Golinvaux

Au commencement était Bruegel l’Ancien. Ou plutôt : au commencement était Molenbeek, et le regard que le maître flamand posa de son vivant sur cette petite commune aujourd’hui devenue grande mais qui n’était à l’époque qu’un simple village posé entre le ruisseau et les moulins qui lui ont donné son nom. À l’occasion des 450 ans de la mort du primitif, et tandis que Bruxelles met les petits plats dans les grands pour célébrer l’anniversaire de « son » peintre, l’association Alter Brussels a décidé de consacrer une activité à une œuvre méconnue de Bruegel, titrée Les danseurs de la Saint-Jean, et dont le cadre se situe à Molenbeek, qui faisait à l’époque office de lieu de pèlerinage. Un tableau dans la pure tradition du maître, qui dépeint une « manie dansante », phénomène médiéval durant lequel des groupes de personnes considérées comme hystériques se mettaient subitement à danser de façon incontrôlable, en file indienne, comme prises de transe.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct