Nafissatou Thiam: «Je veux tout essayer pour être la meilleure possible»

Nafi Thiam
: «
Quand je suis sur un stade, je veux le quitter sans regrets
».
Nafi Thiam : « Quand je suis sur un stade, je veux le quitter sans regrets ». - JASPER JACOBS/BELGA.

Après 316 jours de chômage technique dans l’épreuve qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui, Nafissatou Thiam va enfin retrouver « son » heptathlon, ce week-end, à Talence, dans la banlieue bordelaise. Elle que l’on n’avait plus vue en épreuves combinées depuis son titre européen, en août 2018, à Berlin, en raison d’une déchirure au mollet qui a chamboulé tout son hiver, a changé d’environnement pour sa rentrée. Au lieu d’entamer sa saison en mai, à Götzis, comme tous les ans depuis 2014, elle a attendu un mois supplémentaire pour être sûre d’être prête pour le Décastar, qui, habituellement programmé en septembre, a fort opportunément changé de date cette année en raison du décalage des Mondiaux de Doha. « Je suis contente d’être là, mais je ne suis pas encore prête à 100 % », avoue-t-elle. Florilège.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct