«Un doigt sur la gâchette», Donald Trump tend une perche malaisée à l’Iran

Donald Trump aime cultiver sa légende de leader impitoyable mais soudain mû par une compassion inédite.
Donald Trump aime cultiver sa légende de leader impitoyable mais soudain mû par une compassion inédite. - AFP.

Une poigne de fer, dans un gant de velours. Donald Trump balbutie fréquemment sa communication de crise, mais il pense cette fois avoir trouvé la bonne carburation pour imprimer son image d’homme fort et magnanime à la face du monde : oui, assurent des sources officielles et anonymes, des frappes étaient prévues jeudi soir à 20 heures (heure de Washington) contre des sites de missiles sol-air et de radars iraniens, dans le détroit d’Ormuz, non loin de là où un drone américain non armé fut abattu le matin même. Oui aussi, le président des Etats-Unis avait approuvé ces représailles dévastatrices, autorisé le décollage des chasseurs bombardiers et le positionnement des navires lance-missiles. Oui encore, il aurait tout stoppé à 19 heures, en proie à des atermoiements de dernière seconde.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct